Quand on regarde une vidéo ou une photo d’un cheval qui fait des choses qui nous plaisent mais semblent difficiles ou spectaculaires, on peut soit se dire :

« Oh c’est chouette ! Dommage mon cheval ne sait pas faire ça !  » et passer à autre chose

ou

« Oh c’est chouette ! Comment est ce que je peux arriver à ça avec mon cheval ?  » et se mettre à réfléchir à tous les pré-requis pour aborder cet exercice et cette attitude mentale va faire toute la différence entre un simple rêve et le début du chemin pour VIVRE son rêve !

Mais pour ça il faut VRAIMENT se remettre en question soi-même, être près à travailler sur des détails, des petites choses basiques, qui ne sont difficiles, ni pour nous, ni pour le cheval mais qui, poussées à leur maximum, vont nous amener à notre projet final tranquillement !

Nous avons publié il y a quelques jours une vidéo d’un cheval mettant son pied sur le trépied de parage seul.

Nous allons vous expliquer les étapes que nous avons suivies pour arriver à ce résultat :

  1. J’apprends à mon cheval à bouger ses épaules, ses hanches, à reculer et à avancer à distance sans avoir à le toucher, certaines appellent cela par suggestion, d’autres le jeu de la conduite (driving game)
  2. Une fois que c’est acquis, je vais utiliser cela pour lui demander de toucher des objets avec son nez ou ses pieds de la façon suivante : Je regarde intensément l’objet cible, je me grandis en montant l’énergie dans mon corps pour dire au cheval que je suis en train de demander quelque chose même si je ne bouge pas. Si mon cheval ne bouge pas, je continue à regarde l’objet, mais j’utilise ce que je lui ai appris et je l’aide à trouver la solution : toucher l’objet cible. Au départ dès qu’il fait un effort, même s’il n’a pas encore touché l’objet mais qu’il la regardé ou qu’il a fait un pas dans sa direction, je vais me relaxer, lui sourire et le féliciter. Evidemment je vais demander un peu plus à chaque fois. Dès qu’il touche l’objet, je vais le féliciter .. et faire autre chose.
  3. Une fois que le cheval a compris qu’il devait toucher ce que je regarde (ce jeu s’appelle le touch it), je vais m’amuser à lui demander de toucher tout et n’importe quoi jusqu’à ce que ça devienne naturel pour nous deux.
  4. Une fois que nous gérons tous les deux très facilement, le jeu va être de mettre le pied sur  des choses de plus en plus petites au sol  et  sur des choses de plus en plus hautes mais pas spécialement petites: une marche, des palettes empilées, un bidon couché, etc ….
  5. Quand ce sera devenu facile, il ne me restera plus qu’à lui demander de mettre le pied sur mon trépied, car un trépied ce n’est rien d’autre qu’une chose petite et en hauteur ! 🙂

Voilà c’est ce type de schéma qu’il faut voir dans un exercice fini, quels sont les points simples et décomposés qui vont permettre à mon cheval d’arriver à ce résultat.

Si cet article a pu vous aider à voir les choses sous un angle différent, dites le nous et nous essaierons de décomposer d’autres exercices pour vous !

Notre kit de jeu comprend une bâche, des cônes et un disque souple qui fait une excellente cible pour commencer cet apprentissage : kit de jeu souple