C’est ce qu’on entend très souvent : un cheval est un cheval, un cheval restera toujours un cheval ! Et c’est vrai !
Nos chevaux sont trop souvent humanisés, on leur prête des intentions et des sentiments qu’ils ne peuvent éprouver et cela nuit au rapport que nous pouvons avoir avec eux.

Mais est ce que les mettre tous dans le même panier, les imaginer tous identiques, leur apprendre à tous les mêmes choses exactement de la même façon, est une bonne chose pour autant ? En y réfléchissant un peu, tout le monde est d’accord pour dire que, non, ça c’est juste pas possible !

Et pourtant, combien de cavaliers vont aborder le même exercice de la même façon,  au même moment de l’apprentissage, quel que soit le cheval auquel ils s’adressent, parce qu’il y a la théorie (jolie et agréable) et il y a ce qu’on a appris à faire (par l’apprentissage ou par la peur).. il n’avance pas, leçon de jambe ou bien c’est pas grave on va rester au pas, il avance trop, change de mors ou bien ne sors plus c’est trop dangereux…
Entre ces deux extrêmes que sont l’imposition de la volonté du cavalier et l’abandon pur et simple de ce qui pose problème, entre le « tous les mêmes » et le « pauvre bébé », est ce qu’on ne peut pas trouver une autre voie, celle de l’écoute mais aussi celle de la réflexion sur ce que ressent le cheval ?

  • Pas pour le plaindre et abandonner nos projets, mais pour savoir ce qui le rend tel qu’il est, ce qui pourrait améliorer les choses.
  • Pour voir ce qui fait barrière entre nous et nos projets avec ce cheval, comme une passionnante énigme à résoudre.
  • Pour nous voir, nous et nos habitudes, par ses yeux à lui.
  • Pour essayer de comprendre son point de vue et de là réfléchir profondément à la façon de changer son opinion sur ce que nous faisons avec lui.

Unique

Dès qu’on entre dans cette réflexion, on va prendre conscience de QUI est vraiment ce cheval ! Confiant ou défiant, dominant ou peureux, remuant ou très (trop) calme… et en essayant de nous imaginer tel qu’il nous voit, nous mettant en colère ou peu surs de nous, nous allons nous rendre compte que ce qui pose problème en général .. c’est notre comportement si peu adapté à ce dont aurait besoin cet être vivant unique ! Et là commence la remise en question de notre façon de faire avec lui, la mise d’une stratégie qui lui convienne à lui en particulier… et le chemin vers la réussite ! 😀